Étiquette : Hydratation

Courges d'été

Les courges d’été : fraîcheur et légèreté !

Une tranche de melon bien juteuse, un gratin de courgette sortant du four, une salade de concombre, ces plaisirs culinaires, nous les devons à une seule et même famille, celle des courges d’été. Une famille dont les origines sont très anciennes – les courges seraient consommées depuis près de 10 000 ans – et dont chaque membre a sa personnalité. En font même partie les courges dites d’hiver !

Au fil du temps, elles ont aussi beaucoup changé. Les premières courges possédaient peu de chair et beaucoup de pépins, et étaient justement cultivées pour leur graines. Aujourd’hui, elles sont devenues plus charnues. De plus, les croisements ont permis de créer de nombreuses variétés, avec une multiplicité de formes et de couleurs. Connaissez-vous par exemple le concombre serpent pourtant arrivé en France au 19éme siècle ?

Ces légumes et fruits apporte un premier bienfait, celui de nous rafraîchir en plein été. Cet effet est bien sûr du à des chairs savoureuses riches en eau : les melons en contiennent 90%, la pastèque que l’on appelle également melon d’eau en contient 92%, les courgettes 95% et 96% pour le concombre. Leur saveur est également rafraîchissante et désaltérante : à tel point qu’ils sont tout aussi agréables en entrée qu’en dessert.

Néanmoins, si le côté sucré ne saute pas à la bouche, il est bel et bien présent. Certaines variétés de melon, comme le cantaloup, sont particulièrement sucrées et sont de ce fait même déconseillées aux diabétiques. Mais d’autres savent se faire plus légers que les autres fruits de l’été comme la pêche ou l’abricot. Ce qui se traduit par un apport calorique moindre : un melon apporte en moyenne 48 kcal/100 g, une pastèque seulement 31 kcal/100 g et quelques 10 kcal/100 g pour le concombre.

L’effet rafraîchissant joue aussi en profondeur dans votre corps. Concombre, courgette, etc ont une action dépurative sur les organismes. Ce sont des draineurs qui stimule le travail des reins. Ils permettent de chasser les déchets qui ont été bloqués au niveau de la rate, des reins et de la sphère intestinale. Légers, ils sont en principe digestes mais nos traditions culinaires vont parfois à l’encontre de cette qualité. Ainsi associer le jambon au melon est une erreur. La digestion est alors beaucoup plus longue.

Par ailleurs, ces légumes doivent également se cueillir avant d’avoir atteint la maturité. En mangeant une courgette trop grosse vous ne faciliterez pas la tâche de votre tube digestif en le chargeant de cellulose. Le concombre pose parfois des problèmes . Certains pensent résoudre le problème en enlevant les graines…Pour le rendre plus digeste, vous pouvez ajouter une pincée de bicarbonate de soude dans la préparation crue ou le faire dégorger. Dommage tout de même car en perdant son eau le concombre perd aussi une grande part de ses nutriments. En revanche, aucun problème du côté de la courgette : c’est d’ailleurs un des premiers légumes que l’on peut donner aux jeunes enfants ou aux personnes à l’intestin fragile.

Les courges d’été ont également un autre point commun : elles contiennent toutes une quantité importante de potassium. Cet oligo-élément est particulièrement intéressant puisqu’il est indispensable au bon fonctionnement de nos cellules, à la croissance des os et de certains tissus. Le melon en contient 300 mg pour 100 g de fruit frais, la courgette 230 mg et la pastèque 110 mg, le concombre 150 mg. Cette forte proportion de potassium est également bénéfique pour les personnes atteintes d’hypertension.

Sur le plan des vitamines, c’est notamment le carotêne (provitamine A) qui répond présent. Les propriétés antioxydantes du carotêne qui une fois dans l’organisme se transforme en vitamine A, ne sont plus à démontrer. Cette vitamine a une bonne influence sur la vision, ainsi que sur la peau et les muqueuses. La couleur est un bon indicateur : les courges orangées et rouges en contiennent beaucoup plus. Ainsi 100 grammes de melon – Des cantaloups (charentais), à ceux originaires du midi de la France (Cavaillon) en passant par les brodés (le sucrin de Tours) ou le Gallia – apportent la moitié de nos besoins quotidiens  ( 2mg pour 100 g). A titre de comparaison, le concombre n’en contient que 0 ,2 mg.

Selon des études récentes, mettre de l’orange dans son assiette, c’est se prémunir contre les accidents vasculaires et donner les moyens à son organisme de lutter contre les maladies cardiaques en réduisant le cholestérol !

Au chapitre des vitamines et des oligo-éléments, chaque courge tient ensuite à garder sa personnalité. La vitamine B6 ou pyridoxine, est bien présente dans le melon. Elle participe entre autre à la formation de certaines composantes des cellules nerveuses et contribue au bon fonctionnement du système immunitaire. Quelle que soit la couleur du melon, il représente toujours une source importante de vitamine C, 25mg/100g soit le tiers de nos besoins quotidiens.

La courgette comporte également un cocktail d’éléments minéraux (phosphore, calcium, magnésium) et de la vitamine C. En plus du potassium, le concombre est une bonne source de minéraux comme le calcium, magnésium, phosphore, mais contient aussi de la vitamine K. De plus cette richesse a un impact d’autant plus important que l’ apport calorique est faible. Pour 100 calories vous mangerez ainsi 6 grammes de nutriments contre 2 à 4 grammes en moyenne…

Peut-on les utiliser pour se soigner ?

L’effet rafraîchissant des courges d’été a ses applications pour certains maux. Ce n’est pas un hasard si, par exemple, la pastèque est indiquée dans les états fiévreux.

  • Brûlures : dans les campagnes on se sert du melon – les Romains et les Grecs, dans l’Antiquité, parlaient de pomme cuite au soleil – pour apaiser les brûlures superficielles. Dans ce cas, il faut faire un cataplasme de pulpe de melon écrasé.
     
  • Contre les vers : prendre de l’huile de pépins de courge en cure : à raison de 2 cuillères à café par jour pendant un mois, de préférence le matin et le soir.
     
  • Contre la constipation : prenez un verre de jus de melon le matin à jeun, durant quelques jours.
     
  • Pour les problèmes de peau : le concombre est l’ami des peaux grasses ou à problèmes. Il a toujours été utilisé pour soigner la peau. Depuis longtemps les femmes se couvrent le visage de fines tranches pour l’hydrater. Le concombre a des propriétés cicatrisantes, adoucissantes, assainissantes et astringentes. Il resserre les pores de la peau. Nombreux sont d’ailleurs les cosmétiques à base de concombre destinés aux peaux grasses, mixtes ou à problèmes. Le premier d’entre eux fut proposé aux femmes dès le XVIIIe siècle ! Il s’agissait d’un masque aux graines de concombre pour éclaircir le teint.
     
  • Pour calmer les coups de soleil : passez un concombre ou une courgette (jeune et ferme) sous l’eau, sans l’éplucher, essuyez et coupez-en des rondelles pas trop fines. Appliquez-les sur les coups de soleil, et laissez en place le temps que la sensation de brûlure disparaisse. Effet calmant garanti et surtout ils réhydratent l’épiderme et l’évitent de peler.
     
  • Pour adoucir les mains très sèches : découpez la moitié d’un concombre en petits dés et faites le macérer pendant plusieurs jours dans un litre d’huile de germe de blé. Vous masserez ensuite vos mains et pieds chaque soir. 

Aliment santé : l’huile vierge de pépins de courge

Les pépins de courge sont connus pour leurs nombreuses propriétés que l’on retrouve dans l’huile qui en est extraite. L’huile ainsi obtenue a un léger goût de noisette et est riche en acide oléique (25 %) et linoléique-oméga 6 (45 à 50 %). Cela en fait un tonifiant cardiaque et nerveux. Elle possède par ailleurs d’importantes  propriétés vermifuges, cicatrisantes, apaisantes et régénérantes. Elle favorise la fécondité, stimule et agit favorablement en ce qui concerne les problèmes d’impuissance ou de frigidité. Également bénéfique pour tout le système digestif (c’est une huile très douce pour les estomacs fragiles), elle tient surtout sa réputation de ses bienfaits sur la prostate dont elle soulage efficacement les inflammations. Elle évite la formation des aphtes et combat l’apparition des caries. Vous pourrez l’utiliser en cuisine, seule ou en synergie avec d’autres huiles. Attention, il est préférable de ne pas la chauffer pour qu’elle donne son maximum. 

Source

Jambes lourdes, le coup de pouce de la naturopathie

Pour le système veineux, la circulation sanguine et lymphatique, l’été est la pire saison, mais peut être ressentie tout au long de l’année en cas de trouble de la circulation.
La sensation de jambes lourdes est un signe de mauvaise circulation du sang et de la lymphe qu’il ne faut pas prendre à la légère. La chaleur de l’été favorise et empire ce problème de circulation, essentiellement chez les femmes.

I – Les symptômes des jambes lourdes
Quand on parle de jambes lourdes, en été ou autre saison, on parle d’une sensation de lourdeur au niveau des jambes surtout la partie inférieure, mais ce n’est pas tout.
Des veines peuvent apparaître souvent rouges, voire violettes sous la peau. Les jambes peuvent gonfler au niveau des chevilles surtout en fin de journée, ou suite à un station assise ou debout trop longue. Il peut y avoir des picotements au niveau des pieds et tout le long des jambes, des crampes musculaires.
Il faut vraiment intervenir à ce stade pour prévenir de l’apparition de varices !

II – Les causes des jambes lourdes
En naturopathie, il faut gérer la cause d’un trouble, ce qui soulagera naturellement les symptômes.
– La cause principale avancée est celle d’un mauvais retour veineux (remontée du sang dans les jambes), du à la pesanteur terrestre.
– Une position assise ou debout prolongée qui fait stagner le sang dans les veines et crée une pression dans les jambes d’où la sensation de jambes lourdes
– Une forte chaleur favorise également la sensation de jambes lourdes, les vaisseaux sont dilatés et la circulation du sang jusqu’au cœur devient plus difficile.
– Une insuffisance veineuse
– Une mauvaise circulation lymphatique (qui fonctionne sur le même principe que la circulation sanguine)
– Un stress oxydatif par manque d’antioxydants, de vitamines, de minéraux mènent une fragilisation des vaisseaux.
– Des dérèglements hormonaux : menstruations, grossesse, ménopause…
Un taux d’œstrogènes élevé influe sur la perméabilité des vaisseaux, ce qui rend la circulation difficile et provoque la sensation de jambes lourdes.
– Avec l’âge, les veines fonctionnent moins bien et la circulation sanguine moins fluide, ce qui peut provoquer la sensation de jambes lourdes

– Le surpoids et l’obésité sont également des facteurs favorisant : un taux de cholestérol élevé fragilise et perturbe les vaisseaux sanguins.
– Le tabac peut favoriser l’apparition de varices et les symptômes des jambes lourdes, car il affaiblit les veines.
Pour résumer, lorsque ce système de circulation sanguine ou lymphatique ne fonctionne pas correctement, le sang et la lymphe stagnent en bas (aux extrémités et surtout aux jambes) et ne peuvent remonter. Cette incapacité de retour veineux conduit aux sensations de jambes lourdes et aux gonflements des membres (surtout au niveau des chevilles).

III – Quelques solutions en naturopathie

L’eau froide contre les jambes lourdes

L’eau froide rétrécit les veines. Une courte douche froide le matin gardera vos jambes en forme pour la journée et préviendra les affections veineuses, en plus d’être rafraîchissante.
Pour cela, conduisez le jet d’eau de bas en haut, à l’extérieur et l’intérieur des jambes.

Restez en mouvement

Activez les muscles des jambes dès que possible. Par exemple :

  • En extérieur : Une petite marche quotidienne (pour chercher le pain, promener son animal de compagnie, aller au travail à pied si cela est possible etc…).
  • Au bureau : Faites de la gymnastique sous le bureau par des petits mouvements circulaire. Cela musclera également vos mollets !
  • À la maison : Utilisez une balle dite « Balle hérisson » qui est idéale pour un exercice de pied relaxant et revigorant. Placez votre pied (nu) sur la balle de hérisson et roulez-la d’avant en arrière dans des directions différentes.

Bien choisir son sport

L’exercice est souvent votre meilleur allié pour corriger ou éviter la maladie veineuse.
Particulièrement bon : la marche nordique, le vélo (évitez si possible le vélo de route, à cause de la posture basse) et la nage (privilégiez les eaux en-dessous de 28°)

Les plantes contre les jambes lourdes

Le marron d’Inde

Les préparations à base de Marron d’Inde (Aesculus hippocastanum) renforcent les parois veineuses, favorisent la circulation sanguine et préviennent les fuites de liquide des veines dans les tissus. Il permet donc de lutter naturellement contre les problèmes de jambes lourdes.

La vigne rouge

(Vitis vinifera) Les feuilles ont une action bénéfique sur la fragilité des petits vaisseaux de la peau, et favorisent la sensation de légèreté des jambes. Elles soutiennent la circulation et la micro-circulation, contribuant au maintien de l’intégrité des vaisseaux sanguins et capillaires.

L’hamamélis

(Hamamelis virginiana) Sa feuille séchée contribue à une circulation normale.

Pour des conseils personnalisés de produits contenant ces plantes, n’hésitez pas à me contacter 😊
Anne-Lise Collet, naturopathe et nutritionniste à Rosheim (67) et en visio
contact@choisir-naturo.fr, 06 83 53 25 36

Tous les bienfaits de la pastèque 🍉

Mettez un peu de légèreté et de douceur, beaucoup de vitamines et d’antioxydants dans vos menus d’été grâce à la pastèque. Si le doute persiste quant à ses origines, les apports santé de cette courge d’été font l’unanimité. Voici cinq bonnes raisons de manger du melon d’eau.

S’il n’est pas certain que la vallée du Nil soit le berceau d’origine des pastèques sauvages, elles y ont au moins transité au cours de leur grand voyage à travers le monde. Il y a plus de 5 000 ans, les Égyptiens ont en effet commencé à la cultiver. À l’époque, elle était dure et peu appétissante. Mais ce fruit était déjà gorgé d’eau et pouvait se conserver plusieurs mois. Elle était donc utilisée lors des voyages des Égyptiens comme une réserve en eau douce. C’est ainsi qu’elle est arrivée aux États-Unis, où la pastèque est devenue un symbole de liberté à l’époque de la traite négrière.

Au fur et à mesure de ces croisements et sélection, la pastèque est devenue toujours plus sucrée et elle s’est quelque peu diversifiée. Il existe désormais des pastèques sans pépins, des mini-pastèques et des pastèques géantes. Et elle figure désormais parmi les fruits préférés de l’été. Ainsi, chaque année, 100 millions de tonnes de melon d’eau (son autre nom) sont cultivées dans le monde. Quelles sont ses vertus pour la santé ?

1. Un atout cœur

De nombreuses études ont démontré les bienfaits de la consommation de pastèque sur notre santé cardio-vasculaire. Riches en potassium (environ 110 mg pour 100 g de fruit), ces cucurbitacées permettraient de réduire l’hypertension artérielle selon des chercheurs de l’université de San Diego (1). C’est également un des fruits les plus riches en L-citrulline, un acide aminé transformé dans le corps, en L-arginine qui a, pour sa part, la capacité de détendre les vaisseaux sanguins et d’améliorer la circulation. Et leur forte teneur en vitamine C protège également les parois des veines, des artères et du cœur. De plus, les pastèques sont riches en fibres, ce qui aide à éliminer le cholestérol et à lutter contre l’obésité. Enfin, la présence d’un caroténoïde, le lycopène, qui donne sa belle couleur rouge à la pastèque, a été associée dans de nombreuses études à une réduction de l’incidence du cancer de la prostate et des maladies cardio-vasculaires.

2. Un aliment minceur par excellence

Le second atout des pastèques est qu’elles favorisent la perte de poids. Ainsi, une étude américaine a démontré que la consommation quotidienne de pastèque diminue significativement le poids corporel, l’indice de masse corporelle et le tour de hanches en quatre semaines seulement (1). Composées à plus de 90 % d’eau, elles sont faibles en calories (46 cal/tasse) et sont des alliées du transit intestinal, stimulé en douceur grâce à la présence de fibres. Elles procurent également un sentiment de satiété.

3. Un protecteur de la peau face au soleil

La pastèque est également réputée pour protéger la peau du soleil de l’intérieur grâce à sa richesse en antioxydants. En effet, sa forte teneur en lycopène permet de réduire les effets nocifs des rayons ultraviolets du soleil (types UVA et UVB) notamment les coups de soleil (2) et les dommages cellulaires à l’origine du vieillissement prématuré de la peau. Cette action est, en plus, renforcée par la présence de vitamines A et C.

4. Un compagnon des performances sportives

Les richesses nutritionnelles de la pastèque apportent une meilleure performance sportive, notamment grâce aux glucides, au lycopène et à la L-citrulline. Une étude américaine lui prête même des effets antioxydants et anti-inflammatoires permettant une meilleure récupération. Et des chercheurs espagnols suggèrent également que le fait de boire 400 ml de jus de pastèque une heure avant de faire de l’exercice a pour conséquence une meilleure récupération musculaire et moins de douleur, mais aussi une fréquence cardiaque inférieure (4).

5. Pour le système immunitaire

Dernier intérêt et non des moindres, les antioxydants apportés par ces cucurbitacées et notamment les lycopènes, les vitamines A et C présents en grandes quantités permettent de lutter contre le cancer et de renforcer notre système immunitaire.

La pastèque en pratique

Il est commun de dire que les pastèques se conservent longtemps. En réalité, la pastèque commence à devenir un peu farineuse seulement deux semaines après la cueillette. Pour retarder ce moment, conservez votre courge dans un endroit sec et frais après l’avoir achetée. Découpez le morceau dont vous avez besoin et couvrez le reste avec un film plastique.

Sachez que tout est bon dans le melon d’eau ! Ses graines peuvent être grillées et mangées à l’apéro. Sa chair s’apprécie aussi bien à l’état brut en entrée ou en dessert, dans une salade ou glacée dans un cocktail ; en soupe, en sorbet ou en smoothie. Enfin, sa peau peut être transformée en condiment ; marinée puis grillée pour un mets croquant. Autre utilisation originale : après avoir mangé votre pastèque, vous pouvez utiliser l’intérieur de sa peau pour nettoyer votre visage. Et vos enfants peuvent même s’en servir pour réaliser une citrouille d’été !

…..Recette de salade de pastèque et feta

Ingrédients :

  • 2 kg de pastèque
  • 100 g de feta
  • 1 botte de menthe
  • Quelques feuilles de basilic
  • 100 g d’olives noires
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • 100 g de graines de chanvre, lin ou tournesol

Méthode :

  1. Couper la pastèque en petits morceaux et la feta en dés.
  2. Disposer les dés dans un plat en ajoutant la menthe, le basilic et les olives découpées finement.
  3. Arroser délicatement d’huile d’olive.
  4. Parsemer le plat des graines de votre choix

Sources :(1) Effects of Fresh Watermelon Consumption on the Acute Satiety Response and Cardiometabolic Risk Factors in Overweight and Obese Adults, Nutrients, mars 2019.
(2) A Specific Melon Concentrate Exhibits Photoprotective Effects from Antioxidant Activity in Healthy Adults, Nutrients, mars 2018.
(3) Comparison of Watermelon and Carbohydrate Beverage on Exercise-Induced Alterations in Systemic Inflammation, Immune Dysfunction, and Plasma Antioxidant Capacity, Nutrients, août 2016.
(4) Watermelon Juice: Potential Functional Drink for Sore Muscle Relief in Athletes, Journal of Agricultural and Food Chemistry, juillet 2013.

Source

Inscription newsletter

Recevez des conseils de nutrition, plantes et activité physique (4 lettres par an)

© Choisir Naturopathie 2021 - Mentions légales