Étiquette : Dessert

Tarte rustique aux pêches

Riches en fibres et en vitamine C, les pêches sont excellentes à croquer mais également cuisinées (NB : avec la cuisson, la vitamine C est détruite 😔). Avec cette tarte rustique au bon goût de noisettes, vous ne verrez plus ce bon fruit d’été du même oeil 🥳

Ingrédients

Pâte :

  • 170 g de farine semi-complète (mini T80)
  • 30 g de poudre de noisettes
  • 60 g de sucre complet
  • 3 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 7 cuillères à soupe d’eau froide
  • 1 pincée de sel
  • 1 jaune d’oeuf pour la dorure (facultatif)

Garniture :

  • 5 pêches
  • 60 g de poudre de noisettes
  • 2-3 branches de thym
  • 20 g de noisettes (facultatif)

1. Préparez la pâte à tarte : dans un saladier, mélangez la farine, la poudre de noisettes, le sel et le sucre. Versez ensuite l’huile d’olive et l’eau, mélangez pour obtenir une pâte homogène. Si elle est un peu collante, vous pouvez ajouter un peu de farine.

2. Formez une boule avec la pâte, couvrez-la. Réservez-la ensuite au réfrigérateur. Lavez et coupez les pêches en quartiers.

3. Etalez la pâte sur une feuille de papier sulfurisé.

4. Versez la poudre de noisettes sur la pâte en laissant 2 cm de libre sur les bords. Disposez ensuite les quartiers de pêche, ajoutez un peu de thym puis repliez les bords de la pâte vers le centre de la tarte. Pour obtenir une pâte dorée, vous pouvez, à l’aide d’un pinceau de cuisine, répartir le jaune d’oeuf préalablement battu sur les bords et ajouter éventuellement des noisettes concassées.

5. Placez la tarte sur une plaque allant au four et enfournez pendant 25 à 30 minutes à 180°C.

Bon appétit 😋

Merci Yuka

Comment remplacer les oeufs dans vos recettes ? ?

Les œufs

Les œufs n’ont pas toujours été aussi répandus dans les recettes. On les utilise pour lier, émulsifier, faire lever ou donner de la consistance à la préparation. Le jaune d’œuf est gras, ce qui apporte le côté fondant à la recette. Il sert aussi d’émulsifiant alors que le blanc d’œuf va plutôt lier les aliments.

Selon la recette, l’œuf n’est donc pas essentiel. On peut donc choisir de le remplacer par d’autres ingrédients qui joueront le même rôle.

Et si on ne le remplaçait pas ?

Si il y a un oeuf dans votre recette vous pouvez très bien ne pas le remplacer s’il y a un autre ingrédient qui fait office de liant, comme la compote de pommes, le tofu ou encore le yaourt.

Comment remplacer les œufs ?

Pour remplacer les œufs, voici quelques bons trucs :

  • La banane est très intéressante lorsqu’elle est écrasée pour remplacer le beurre ou les œufs. En effet, elle va donner ce côté liant et fondant. Une demie-banane est l’équivalent d’un œuf !
  • La compote de pommes peut remplacer les œufs dans un gâteau. Pour un œuf, comptez 50 à 60 g de compote.
  • Le yaourt nature : 60 g d’un yaourt au soja peuvent remplacer un œuf.
  • Le tofu soyeux, neutre en goût, s’utilise à hauteur de 50 g à la place d’un œuf.
  • L’eau de cuisson des pois chiches ou « aquafaba » est magique. Il suffit de la fouetter au batteur électrique pour la monter en neige ! Elle est parfaite pour faire une mousse au chocolat ou bien un gâteau aérien.
  • Les graines de lin ou graines de chia mélangées avec de l’eau. Il suffit de mélanger 2 cuillères à café dans 30 ml d’eau et de laisser poser une dizaine de minutes. Vous obtenez un gel qui remplacera le côté liant de l’œuf.
  • L’agar-agar est un gélifiant naturel qui peut être un substitut dans une crème ou un flan par exemple. Il faut 1 cuillère à soupe dans 3 cuillères à soupe d’eau pour remplacer un œuf.
  • L’huile a un effet liant comme on l’a déjà vu.
  • Le lait est utile pour faire dorer les brioches à la place de l’œuf battu.
  • La fécule de maïs ou de pomme de terre peut remplacer un œuf en mélangeant 2 cuillères à soupe dans 4 cuillères à soupe d’eau.

Expérimentez !

N’hésitez pas à expérimenter ces différents substituts et tester des recettes avec ces alternatives. Choisissez des ingrédients qui vous inspirent et que vous trouvez déjà dans votre placard. Ces alternatives sont également intéressantes dans une démarche « zéro déchet » en utilisant des produits que l’on possède déjà et en les recyclant à la place d’ingrédients de base.

Bon appétit ?

Merci Naturel.com

Crumble pommes-rhubarbe (presque) sans sucre ! ?

Les bienfaits de la rhubarbe

La rhubarbe regorge de bienfaits qu’on ignore ! Après en avoir pris connaissance, vous aurez certainement envie de réaliser des recettes IG bas à la rhubarbe pour en profiter ! Et nous serons là pour vous donner de l’inspiration. 

Bienfaits n°1 de la rhubarbe : La rhubarbe est riche en fibres

Comme la rhubarbe est particulièrement riche en fibres, elle a tendance à accélérer le transit intestinal et possède des propriétés laxatives. Cette richesse en fibres a également un impact sur notre vitesse d’absorption du sucre

Bienfaits n°2 de la rhubarbe : La rhubarbe est riche en vitamines et minéraux

Elle fait partie des légumes les plus riches en calcium avec près de 145 mg / 100 g selon la Table Ciqual, elle en contient même plus que le lait (120 mg de calcium/100g) ! Pour rappel, le calcium est notamment utile pour la solidification des os et des dents.

De plus, la rhubarbe est également riche en vitamines K. Cette vitamine joue un rôle important car elle est nécessaire dans la fabrication de protéines servant à gérer la coagulation du sang. Ainsi, la vitamines K est utile pour les protéines dont le rôle est de stimuler la coagulation, autant que pour les protéines chargées d’inhiber ce processus.

Enfin, la rhubarbe est une bonne source de vitamines C. Celle-ci contribue notamment à renforcer le système immunitaire et contribue à la production de collagène pour notre peau. 

Avec toutes ces vitamines et minéraux, la rhubarbe est donc un très bon aliment rempli d’antioxydants

Avec quoi marier la rhubarbe ?

La rhubarbe est un légume printanier très particulier. Avec son goût particulièrement acidulé voire amer dans certaines situations, on ne sait pas toujours bien avec quoi marier la rhubarbe. Sachez que vous ne prenez aucun risque en l’associant avec : 

  • Toutes sortes de fruits rouges, notamment les fraises ?et les framboises
  • Une multitude de fruits secs, comme les amandes et les noisettes ?
  • Des fruits plus traditionnels comme les pommes ?, les bananes ?, le citron ?
  • Des épices comme la cannelle, le cardamone 

Comment enlever l’acidité de la rhubarbe sans utiliser de sucre ?

Dans une alimentation IG bas, laisser imbiber ou faire bouillir votre rhubarbe dans une tonne de sucre, comme c’est très souvent conseillé, n’est pas envisageable. Cette technique sert en effet à réduire l’acidité naturellement présente dans la rhubarbe, mais le sucre n’est pas le seul ingrédient qui a cette capacité! 

Alors sans vouloir vous rappeler vos cours de chimie, le seul moyen de calmer un acide est d’utiliser une base. Outre le sucre, vous pouvez donc réduire l’acidité de la rhubarbe en utilisant du bicarbonate de soude ou du sel !

La technique au bicarbonate de soude

Si vous avez une petite heure devant vous, c’est la technique qu’il vous faut ! Vous pouvez laisser tremper vos tiges de rhubarbe dans de l’eau froide avec ½ cuillère à café de bicarbonate de soude

Pour cela, prenez d’abord le soin d’éplucher vos tiges pour enlever son côté filandreux, désagréable à la dégustation. Découpez-les ensuite en tronçons. Après, préparez un grand plat, remplissez-le d’eau froide et ajoutez-y  ½ cuillère à café de bicarbonate de soude par litre d’eau. Enfin, laissez tremper vos morceaux de rhubarbe pendant environ 40 minutes. Veillez à ne pas dépasser l’heure complète de repos dans l’eau, auquel cas votre rhubarbe pourrait perdre de sa saveur. Au-delà de diminuer l’acidité, cette technique permet aussi d’assouplir les fibres de la rhubarbe. 

Le technique rapide grâce au sel (prudence pour les personnes devant contrôler leur apport en sel)

Si vous vous y êtes pris un peu en dernière minute, pas de panique non plus ! Dans un premier temps, faites bouillir une marmite d’eau. Pendant ce temps, épluchez vos tiges et coupez-les en tronçons. Quand l’eau bout, ajoutez-y du sel et plongez-y ensuite vos morceaux de rhubarbe pendant environ 2 minutes, de façon à les blanchir. 

Le tout ici est de bien doser votre sel. Si vous en mettez trop peu, il n’aura pas l’effet escompté et votre rhubarbe sera toujours aussi acide. Si vous en mettez trop en revanche, elle risque d’avoir un goût particulier car naturellement sucrée. Cette technique est donc généralement recommandée lorsque vous utilisez la rhubarbe dans une recette salée. Ce n’est d’ailleurs pas la technique la plus efficace, mais elle fera bien l’affaire si vous êtes pressé !

D’autres techniques

Certaines personnes optent plutôt pour l’ajout d’autres fruits pour diluer l’acidité de la rhubarbe. Pour faire une compotée par exemple, elle sera très souvent associée aux pommes, aux poires ou encore aux fraises ! Le ratio « de base » est de 2/3 de rhubarbe pour 1/3 d’autres fruits. Selon vos goûts et ce que vous avez à votre disposition, vous pouvez bien sûr ajuster les quantités !

Et voici la recette promise : crumble pomme et rhubarbe !

Le crumble à la rhubarbe, c’est probablement l’une des recettes les plus réalisées avec cet ingrédient ! Et pour cause, c’est une association de texture qui fonctionne plutôt bien. La douceur de la pomme sert à calmer l’acidité de la rhubarbe, et l’amande vient donner encore plus de saveur et de gourmandise à ce dessert. 

Ingrédients pour le crumble pomme et rhubarbe

  • 300 g de rhubarbe
  • 3 pommes ??
  • 200 g de farine d’amande
  • 80 g de sucre complet ou de coco ou erythritol
  • 120 g de beurre doux mou (pas fondu) ou ghee (beurre clarifié)
  • 3 pincées de sel

Étapes de la recette pour le crumble pomme et rhubarbe

  1. Pour cette recette, il est toujours préférable d’avoir réduit l’acidité de la rhubarbe au préalable (cf. ci-dessus). 
  2. Préchauffez votre four à 180°C
  3. Épluchez vos pommes et coupez-les en fines tranches
  4. Dans une poêle chaude avec 20 g de beurre, faites-les revenir quelques minutes à feu doux
  5. Pendant ce temps, épluchez vos tiges de rhubarbe si nécessaire et si ce n’est pas déjà fait. Coupez-les en morceaux d’environ 1,5 cm de long.  
  6. Ajoutez ensuite vos morceaux de rhubarbe dans la poêle et laissez sur feu doux pendant 5 minutes. Mélangez de temps en temps. 
  7. Pendant ce temps, préparez la pâte à crumble. Pour cela, versez dans un plat la farine, l’agent sucrant, le beurre mou et éventuellement le sel. Mélangez le tout de préférence avec vos mains, jusqu’à obtenir une texture homogène et sableuse. N’hésitez pas à la travailler entre vos doigts, elle doit être granuleuse
  8. Versez vos fruits dans un moule, et saupoudrez ensuite votre pâte à crumble sur toute la surface. La “poudre” doit recouvrir tous les fruits
  9. Enfournez ensuite pendant environ 25 à 30 minutes.
  10. Dégustez tiède ou au contraire, très froid ???

Merci MaxdeGenie

Brownie « healthy » ??

Voilà de quoi se faire plaisir avec bonne conscience ! Le petit secret de ce brownie ? gourmand mais sain ? Les haricots rouges ! Si on ne le sait pas, impossible de deviner cet ingrédient mystère riche en protéines. N’attendez plus, préparez ce délicieux brownie au chocolat !! ?

Ingrédients6 personnes

  • 250 g d’haricots rouges cuits égouttés
  • 60 g de sucre roux
  • 200 g de chocolat noir
  • 2 oeufs
  • 30 g de noisettes
  • 30 g de noix
  • 30 g d’amandes
  • Fleur de sel, huile d’olive

Étapes

1. Rincez les haricots rouges et égouttez-les. Mixez-les avec le sucre et 1 cuillère à soupe d’huile d’olive.

2. Faites fondre le chocolat au bain marie puis ajoutez-le à la pâte de haricots rouges. Ajoutez ensuite les oeufs et une pincée de sel. Mélangez pour obtenir une préparation homogène.

3. Hachez grossièrement les noix, noisettes et amandes et ajoutez les 3/4 à la préparation.

4. Huilez légèrement un moule à gâteau ou ajoutez une feuille de papier sulfurisé et versez la préparation. Saupoudrez d’une pincée de fleur de sel et du reste des fruits secs. Faites cuire 25 minutes à 170°C.

Laissez refroidir le brownie 10 minutes et dégustez-le encore tiède !

Bon appétit ?

Merci Yuka

Les différents types de sucres ????

Les listes d’ingrédients des produits industriels sont truffées de sucres cachés : voici une liste non exhaustive des noms que le sucre peut prendre.

Le plus connu : le sucre blanc

Le sucre blanc est issu soit de la canne à sucre -dans ce cas il est raffiné- soit de la betterave sucrière, il est alors naturellement blanc et non raffiné. En France, la majorité du sucre blanc que nous consommons est issu de la betterave sucrière. Le sucre blanc est constitué de saccharose, une molécule constituée à 50% de glucose et à 50% de fructose.

Sucre de canne, sucre roux (cassonade, vergeoise) ou sucre blanc?

Le sucre roux est extrait de la canne à sucre, il provient du jus de canne et est donc naturellement roux, on le trouve généralement sous l’appellation « cassonade ». Selon la réglementation, la dénomination « cassonade » est réservée au sucre roux cristallisé issu directement du jus de la canne à sucre et sa coloration résulte « exclusivement de la transformation, lors du procédé de fabrication, de substances issues de la matière première d’origine ».

Mais il peut également provenir de la betterave sucrière, dans ce cas le jus extrait de la betterave doit être chauffé pour obtenir un sucre roux, c’est ce qu’on appelle la vergeoise.

Le sucre blanc peut également être issu de la canne à sucre mais dans ce cas il doit être raffiné.

Quels sont les autres types de sucres (naturels ou non)?

Il existe de nombreux types de sucres : lactose, mélasse, miel, et bien d’autres encore dans les produits industriels. Découvrez ce qui se cache derrière le nom de plusieurs sucres, avec une indication sur leurs effets biologiques.

Quel type de sucre est le glucose ?

Le glucose est naturellement présent dans l’organisme, il entre dans la composition du saccharose et des amidons (amylopectine, amylose : ce sont des sucres sous forme de longues chaines de glucose). L’industrie agroalimentaire le récupère d’ailleurs par hydrolyse enzymatique de l’amidon. Pris isolément, il élève fortement la glycémie et peut conduire à une résistance à l’insuline.

Le saccharose : le plus utilisé

Le saccharose est une molécule composée de glucose et de fructose, c’est le sucre le plus utilisé par l’industrie agroalimentaire, surtout pour la confection de confiseries, boissons, confitures et pâtisseries. C’est le référent pour comparer le pouvoir sucrant des différents sucres. Son index glycémique est modéré du fait de la présence de fructose (qui lui-même peut poser problème, voir ci-dessous).

Dextrose

Il s’agit d’une molécule de glucose purifié et cristallisé, issue de l’hydrolyse complète de l’amidon.

Fructose

C’est un sucre naturel qui se trouve en abondance dans les fruits et le miel, il a un index glycémique plus bas que le saccharose mais un pouvoir sucrant supérieur à celui-ci.

Les industriels l’obtiennent aussi (avec du glucose en proportions variables) à partir de sources comme le maïs, par acidification enzymatique et l’ajoutent aux sodas et autres aliments ultra-transformés. Le fructose est métabolisé par le foie. Lorsqu’on en consomme trop ou trop souvent et surtout sous forme de fructose ajouté, les études montrent qu’il induit une résistance à l’insuline, un stress oxydant, une infiltration graisseuse du foie, qui augmentent le risque de surpoids, le risque de diabète et peuvent conduire à un « foie gras ». Le fructose se trouve aujourd’hui dans de nombreux aliments ultra-transformés et il est connu pour être un des sucres les plus adipogènes, c’est-à-dire qu’il conduit à la formation de graisses

Lactose

C’est un type de sucre naturellement présent dans le lait et les produits laitiers. Mais les industriels peuvent également récupérer ce sucre en procédant à diverses manipulations du lactosérum. Il est métabolisé en galactose et glucose, mais après l’âge de 3-5 ans, la majorité des êtres humains ne peuvent plus assurer cette transformation correctement (ce qu’on appelle intolérance au lactose).

Galactose

Il est issu de l’hydrolyse du lactose, un sucre présent dans les produits laitiers, on peut aussi le trouver en petite quantité dans certaines plantes comme les légumineuses.

Maltose

Appelé aussi sucre de malt, ce type de sucre est composé de plusieurs molécules de glucose. Il est issu de l’hydrolyse de l’amidon du maïs ou de l’orge.

Maltodextrine

C’est une molécule soluble composée de maltose et de dextrine. Il est utilisé par les industriels comme additif et s’apparente au dextrose. Il sert surtout à épaissir les produits laitiers.

Dextrine

Chimiquement c’est une longue chaîne de dextrose, issue de la fermentation du saccharose par des bactéries.

Caramel

Provenant de la cuisson du sucre, il est souvent utilisé comme colorant ou arôme (E150).

Ethyl-maltol

C’est un composant de l’industrie agroalimentaire utilisé comme exhausteur de goût et arôme synthétique (E637) dans les aliments.

Jus de fruits concentré

Sirop obtenu suite à la réduction de l’eau dans le jus, c’est un produit riche en fructose, glucose ou saccharose en fonction du fruit.

Mélasse

Produit généré par le raffinage du sucre de canne ou de betterave. Seule la mélasse issue de la canne est propre à la consommation humaine. C’est un sirop épais et visqueux qui peut être utilisé en cuisine pour remplacer le sucre simple, il est essentiellement composé de saccharose.

Miel

Ce sucre naturel qu’on ne présente plus, est riche en fructose et a un pouvoir sucrant souvent plus élevé que le saccharose.

Muscovado

C’est un sucre naturel de canne roux non raffiné, purifié, filtré puis caramélisé composé de saccharose.

Sirop d’agave

C’est un sucre issu de l’extraction de la sève de l’agave, la plante qui sert à fabriquer la téquila. Il a un goût relativement neutre comparé à celui du miel. C’est un édulcorant naturel avec un pouvoir sucrant plus élevé que le sucre blanc, avec une forte teneur en fructose.

Sirop d’érable

Sucre issu de la sève de l’érable à sucre qui a été bouillie. Il est riche en saccharose.

Sirop de bouleau

Il est issu à partir de la sève du bouleau mais il est moins sucré que son cousin le sirop d’érable et a un goût particulier qui s’apparente au caramel épicé, il est composé de fructose et de glucose.

Sirop de glucose-fructose

C’est un sirop de glucose qui contient une proportion de fructose, c’est un produit essentiellement utilisé par les industriels.

Sirop de maïs

Issu de la fécule de maïs, avant transformation il est essentiellement composé de glucose. Il est utilisé principalement en confiserie, mais on peut le retrouver dans les boissons, les fruits en conserve, les crèmes glacées … l’industrie agroalimentaire utilise une version de ce sirop qui est riche en fructose, surtout pour les boissons gazeuses.

Sirop de malt

C’est un sirop confectionné à partir de graines d’orge germées, séchées, grillées puis moulues qui vont ensuite être fermentées. Ce produit est une sorte de mélasse sucrée composé de maltose, destinée à certaines recettes, mais elle permet également la confection d’alcools tels que la bière ou le whisky.

Sirop de riz

Issu de la fermentation du riz brun et d’orge entier, composé de maltose. Il est souvent utilisé par les industriels pour les barres énergétiques destinées aux sportifs.

Sirop de sorgho

C’est un sirop issu des tiges du sorgho commun, une céréale d’origine africaine. La tige va être pressée, puis chauffée ; ensuite en évaporant l’eau, on va obtenir un sirop couleur or. On retrouve essentiellement de l’amidon.

Sucre brut

Le sucre brut se présente sous forme de cristaux bruns et secs, il est issu du jus de la canne à sucre non raffiné, non cristallisé et évaporé.

Sucre de coco

Il provient de la sève de la fleur de cocotier et ressemble au sucre roux, mais avec un index glycémique plus bas.

Sucre de dattes

Issu de la déshydratation et le broyage des dattes, il ressemble au sucre roux, les bénéfices nutritionnels de ce fruit en plus. Il contient essentiellement du fructose et du glucose.

Sucre de raisin

Suite aux vendanges, le jus de raisin restant subit une évaporation afin d’obtenir un concentré liquide des sucres du raisin contenant du glucose.

Sucre Demerara

Extrait du sucre de canne qui provient de Guyane, il est granulé, humide et enrobé de mélasse onctueuse.

Sucre glace

Le sucre glace est obtenu à partir de cristaux de sucre blanc moulus en poudre très fine.

Sucre inverti

Mélange de sirop de glucose et de sirop de fructose à concentration égale qui affiche un pouvoir sucrant légèrement supérieur au fructose. Il est très utilisé par l’industrie pour la biscuiterie grâce un fort potentiel technologique (liant, texture, couleur, goût).

Golden syrup

Sucre inverti (glucose et fructose) obtenu à partir de la mélasse lors de la fabrication du sucre de canne. Il est utilisé en cuisine pour son fort pouvoir sucrant et le fait qu’il ne dessèche pas.

Sucre turbiné / turbinado

Sucre de canne semi-raffiné avec des cristaux plus ou moins colorés.

En pratique

Pour réduire notre consommation de sucre, il faut limiter les produits sucrés évidemment et « traquer » les sucres cachés en lisant les étiquettes et en repérant les dénominations des différents types de sucres. En évitant les produits ultra-transformés, les boissons sucrées et en favorisant les aliments « bruts », votre consommation de sucre sera significativement diminuée. N’oubliez pas que les matières grasses, bien choisies, ne sont pas un ennemi, le sucre oui !

Si vous avez besoin d’être accompagné.e pour rééquilibrer votre alimentation ou réduire votre dépendance au sucre, je peux vous aider ; contactez-moi !

Merci LaNutrition.fr

Cake banane-choco sans gluten ni caséine

Ne cherchez pas les bienfaits nutritionnels, on est surtout sur le plaisir ?
Mais un plaisir sans gluten, ni caséine (= protéines du lait).

Ingrédients pour 10 parts

• 4 bananes (400 g)
• 1 sachet de levure sans gluten
• 45 g de sucre de coco ou complet
• 125 g de poudre d’amandes
• 175 g de farine de riz
• 60 g d’huile d’olive
• 4 œufs
• 6 carrés de chocolat noir mini 70% cacaco
• 1 cuillère à soupe bombée de purée de cacahuète
• 2 cuillères à soupe de boisson végétale de riz

Préchauffez votre four à 180°C.

Epluchez les bananes et déposez-les dans un saladier, versez-y la levure.

Ecrasez les bananes à la fourchette, vérifiez que la levure est bien intégrée à la purée de bananes.

Versez le sucre puis mélangez à nouveau.

Ajoutez la poudre d’amandes, la farine, l’huile d’olive et les oeufs, fouettez jusqu’à obtenir un mélange épais.

Versez l’appareil dans un moule à cake et lissez la surface.

A l’aide d’un couteau, hachez grossièrement les carrés de chocolat ; dispersez-les sur le dessus du cake.

Enfin, diluez la purée de cacahuètes avec la boisson végétale. Versez ce mélange sur le cake et à l’aide de la pointe d’un couteau, intégrez-le à la pâte, juste en surface.

Enfournez pour 40′, vérifiez la cuisson avec un couteau.

Laissez refroidir un peu quand même avant de le déguster ???

Merci Rebelle Santé

Tarte aux oranges ?

Ne cherchez pas d’atouts nutritionnels, pour une fois c’est le plaisir avant tout ?

INGRÉDIENTS : POUR LA PÂTE
200 g de farine (T110 pour plus de fibres, minéraux et oligo-éléments)
50 g de poudre d’amande
100 g de sucre en poudre (complet type rapadura)
100 g de beurre
1/2 oeuf (25 g)

POUR LA CRÈME D’AMANDE
25 g de poudre d’amande
25 g de beurre mou
25 g de sucre en poudre (complet type rapadura)
1/2 oeuf (25 g)

POUR LA CREME A L’ORANGE
2 oeufs
50 g de sucre en poudre (complet type rapadura)
20 g de fécule de maïs (maïzena)
30 ml de lait ou boisson végétale (amande par exemple)
1 c. à soupe de Rhum
Le zeste d’une orange bio

POUR LA GARNITURE
1 kg d’oranges à déguster bio (un peu de sanguines si vous pouvez)

PRÉPARATION : LA PÂTE

Versez la farine, la poudre d’amande et le sucre dans un saladier. Ajoutez le beurre en petits morceaux et mélangez en effritant du bout des doigts. Lorsque la pâte est sablonneuse, ajoutez les 25 g d’oeuf et travaillez la pâte jusqu’à ce qu’elle forme une boule.
Etalez-la et disposez-la dans un moule à tarte d’environ 25 cm de diamètre. Coupez l’excédent des bords et placez le plat au frais 30 minutes.

PRÉPAREZ LA CRÈME D’AMANDE
Préchauffez votre four à 200°C.
Mélangez la poudre d’amande, le sucre, le beurre mou et les 25g d’oeuf dans un bol jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène. Répartissez sur le fond de pâte.
Enfournez et laissez cuire 25 à 30 minutes.

PRÉPAREZ LA CRÈME A L’ORANGE
Dans un saladier, fouettez les oeufs, le sucre en poudre, les zestes d’orange et la fécule.
Versez le lait dans une casserole et faites chauffer jusqu’à ébullition (surveillez bien pour éviter tout débordement).
Versez le lait chaud dans le bol tout en remuant. Lorsque le mélange est homogène, reversez le tout dans la casserole et faites chauffer à feu doux tout en remuant constamment jusqu’à épaississement.
Hors du feu, incorporez le rhum.
Répartissez cette crème sur le fond de pâte cuit et laissez refroidir.

DRESSEZ LA TARTE
Pelez les oranges, ôtez les pépins s’il y en a et coupez-les en tranches. Disposez-les joliment sur la crème.
Conservez cette tarte au frais en attendant de la déguster.

Merci Monquotidienautrement

Gâteau sans gluten chocolat-châtaignes ?

Ce gâteau gourmand, même s’il est sans gluten, reste très riche. A ne pas consommer toutes les semaines ?

Préparation : 15 min

Ingrédients

Pour le gâteau (6-8 personnes) :

  • 400 g de châtaignes cuites et pelées
  • 100 g de sucre complet en poudre (il est possible d’en mettre max 50g selon votre palais)
  • 100 g de beurre coupé en cubes (ou ghee ou huile d’olive)
  • 100 g de chocolat noir à 70% de cacao minimum, coupé en morceaux (je vous conseille plutôt 85%)
  • 3 c. à s. boisson végétale (amande ou noisette, sans sucres ajoutés, sera parfait)
  • 1 c. à c. d’extrait de vanille
  • 2 c. à c. de cognac (facultatif ?)

Pour le glaçage (facultatif – pour les grands gourmands)

  • 100 g de chocolat noir à 70% de cacao minimum
  • 25 g de beurre 
  • 1 c. à s. de crème fraîche liquide (ou crème végétale)

Préparation

Mettre les châtaignes dans un robot-mixer avec le sucre, puis les mixer jusqu’à ce qu’elles soient assez lisses.

Mettre le beurre et le chocolat dans une casserole avec le lait, puis faire chauffer doucement, en remuant, jusqu’à ce qu’ils soient fondus et le mélange bien lisse.

Incorporer la vanille et le cognac. Ajouter cette préparation au mélange de châtaignes dans le robot, puis mixer à nouveau jusqu’à ce que le mélange soit lisse.

Recouvrir un petit moule à gâteau ou à cake légèrement beurré de film alimentaire, puis verser la pâte dedans.

Lisser le dessus, puis couvrir le moule avec du film alimentaire. Mettre au frais pendant 24 h.

Pour servir, démouler le gâteau sur une assiette plate ou une planche. Retirer le film alimentaire.

Glaçage : faire fondre doucement le chocolat, le beurre et la crème pour le glaçage, puis les étaler sur le dessus et les côtés du gâteau. Remettre au réfrigérateur pour qu’il prenne. Servir frais.

Merci LaNutrition.fr

Pancakes de sarrasin ?

Préparation : 10 min
Cuisson : 12 min

Ingrédients 

Pour 24 pancakes :

  • 3 œufs, séparés
  • 1 c. à s. de sucre complet (non raffiné)
  • 150 g de farine de sarrasin
  • 1 pincée de sel
  • 1 tasse (250 ml) de lait ribot (fermenté)
  • 2 c. à s. de ghee (beurre clarifié – à défaut : du beurre)

Préparation

À l’aide d’un batteur électrique, fouettez les blancs d’œufs dans un bol jusqu’à ce qu’ils forment des becs. Ajoutez graduellement le sucre, en fouettant jusqu’à ce qu’il soit dissous et que le mélange soit ferme. (Comme la farine de sarrasin peut parfois devenir dense et légèrement moelleuse dans les produits de boulangerie, les blancs d’œufs sont montés séparément et incorporés à la pâte à la fin pour inclure l’air et produire des pancakes moelleux). 
Dans un autre bol, tamisez ensemble la farine et le sel. Faites un creux au centre et ajoutez les jaunes d’œufs et le lait ribot. À l’aide d’une grande cuillère en métal, remuez de l’intérieur vers l’extérieur pour incorporer la farine jusqu’à ce qu’elle soit juste combinée, mais pas lisse. Incorporez rapidement et légèrement les blancs d’œufs en évitant de trop mélanger. Le mélange aura l’air grumeleux mais cela indique que la pâte contient de grosses bulles d’air emprisonnées, ce qui créera des pancakes mous et moelleux. 
Couvrez la pâte d’un torchon et laissez-la reposer pendant 10 minutes. 
Faites chauffer une poêle à feu moyen, ajoutez 1 c. à c. de ghee et faites tourner la poêle pour l’étaler uniformément. Ajoutez des cuillères à soupe de pâte dans la poêle chaude, en laissant de la place pour qu’elles s’étalent. Faites cuire les pancakes jusqu’à ce qu’ils soient pris et que de minuscules bulles apparaissent à la surface (environ 30 secondes), puis retournez-les pour les faire cuire jusqu’à ce qu’ils soient dorés (1 à 2 minutes supplémentaires). 
Placez-les sur une assiette et couvrez-les pour les garder au chaud. Répétez l’opération en ajoutant du ghee jusqu’à ce que toute la pâte soit utilisée.

Merci LaNutrition.fr

Brownies

Brownies vegan aux lentilles ?

En voilà une association inattendue ! Lentilles, chocolat et noix (beurre et cerneaux), un combo du tonnerre pour un dessert original et (presque) sain ??

Voici déjà la recette (8 portions), retrouvez des explications sur les ingrédients ensuite.

Ingrédients : 90 g de lentilles blondes ou rosées • 3 c. à soupe d’huile végétale (olive, coco …) • 3 c. à soupe de sirop d’érable (ou d’agave) • 100 g de chocolat amer (noir à + 70% cacao), haché grossièrement • 150 g de sucre complet (voire moins !) • 1 c. à thé d’arôme vanille • 80 g de beurre de noix (à faire soi-même, voir ci-dessous) • 30 g de farine mini T80 • 1/2 c. à thé de sel • 1 c. à thé de levure chimique • 100 g de cerneaux de noix, hachés

Recette : 

  1. Tapisser de papier cuisson un moule carré de 20 cm.
  2. Cuire les lentilles à l’eau al dente. Laisser refroidir, puis égoutter et mettre les lentilles dans un robot culinaire. Mélanger jusqu’à obtention d’une purée. Réserver.
  3. Mettre l’huile et le sirop d’érable au bain-marie, avec le chocolat haché et remuer pendant que le chocolat fond. Incorporer hors du feu le sucre et la vanille. Ajouter le beurre de noix, la farine, le sel, et la purée de lentilles. Mélanger et incorporer les noix hachées.
  4. Verser dans le moule. Cuire au four à 180 °C, environ 35 minutes. Vérifier avec un cure-dent que le centre du moule ne soit pas mou ou mouillé.
  5. Laisser refroidir 15 minutes avant de trancher et servir. Certains préfèrent laisser reposer les brownies une nuit au frais et les déguster le lendemain … c’est à vous de voir ?

L’association des lentilles avec le beurre de noix permet de se passer de beurre. En outre, il enrichit cette recette en protéines (végétales), ce qui ne gâche rien. Le beurre de noix est très simple à confectionner mais demande un peu de patience (environ 15′ si l’on fait les choses correctement). Il suffit de mettre la quantité souhaitée dans un blender, puis de mixer par plages de 40 secondes environ. Ainsi, cela permet de ne pas trop chauffer la noix et donc de conserver ses qualités nutritionnelles. Mixez jusqu’à la consistance désirée. Suivant la texture de vos noix, il vous faudra peut-être rajouter un peu d’huile (noix, sésame, olive ou tournesol oléique).

Bon appétit !

Merci Plantes & Santé

  • 1
  • 2

Inscription newsletter

Recevez des conseils de nutrition, plantes et activité physique (4 lettres par an)

© Choisir Naturopathie 2021 - Mentions légales